mardi, mars 21, 2006

bonjour je viens de chez objet large mais c'est pour fracturer le crâne depuis l'intérieur souche en forme de revolver on se comprend camping_car dans les chapelets de neurones oeil écarquillé sévère allez les manettes de la fusée direction revolving interne hop gerbe de nous-même croûtes de traces muqueuses en plaie je parle aux madames volontiers putain mais tes doigts puent aujourd'hui fuck explosion interne 4 3 2 1 feu décollez la poche des eaux décolle la membrane la poche des eaux enlève ton slip pour mieux gérer l'accouchement

barge land

large bande qui passe, large objet bande, large bander l'air retient, l'air est retenu la pensée passe, la pensée nous traverse, et on bande, on bande largement, et l'air est dedans, l'air fait bander la pensée.

LUCILLE jte resume du bordel comjpe

voilà de bucarest encore j,espère tu vas jarrive pas trop lire tes lettres à édith le bordel de que ça me fout j,ai foutu sur qq entrautre je fous plus rien j,avais commencé mais après ça ma pleurer troublée puis foutue j'aurais tant à répondre d'accords et de lieux d'être ailleurs vrac parceque bref ce même truc à voir avec la brûlure du consommant à évider servir nous nous servons me fout la nausée la brûlure cette pute trouille de n'être que le sang de pour ça que j,ai plus le tout envie de côtoyer un seul de pute de faiseur si peur le suce de moi l'acide du faire rire donne le change au moins je n,ennuie pas ou pas trop trop de temps avec me tue je veux crever corps contre corps contre avec le relié et tout c'est tout avec celui que j,aime le voir laisser et aller le reste ne me branle je m'approche le chauffeur le dealer le chasseur je préfère me taire que me donner à crever le sang de lui le détaché à force de recul nous nous servons puis et puis quoi il faut que j'arrête de lui écrire de tout de je ne veux plus là la circulation le trip de la baise des mots la baise à l'écran la crevure le flingue de ça tiens copiecolle insère toi et moi les fadaises un bon trip à l'iboga en trois jours soit elle a foutu un bonbon sur mon oreiller un film de merde l'empilement du banal ici pouf-attitude lamorce psychopathe je déteste l'affaire les contours de avidité/vidé/plein de vie de l'enthousiasme à la stérilité entre je te suce tu crèves la réciproque se branle sur une chaîne j'apprends ab prod = hélène et les garçons + ?xxl l'écriture la scène etc je : j,en ai rien à foutre de l'art il : il se retient ne me sort pas de me répondre comme j,entends de lui en taire que délire ladolescence cette merde le sous entendre intercale de t,as qu'à bosser voir etc j,arrive pas à lui faire comprendre que c,est pute réel ma claque me foutre en l'air depuis longtemps laisse moi partir l'au bout de au bord de quoi ce qui est mort en moi marre de traîner avec des artistes dans des lieux d'art d'artistes délires en tourne rond le trop si peu cette envie débile utile comme coller un putain de pansement sur quelqu'un dans un pays en guerre genre inutile tu sais dans un quart d'heure ça va repleuvoir achoppper la membrane de ce qui retient ailleurs ce désir du noir dormir piquée à l'index rien à foutre l'écrire bien l'écrire pas écrire pour écrire que n'écrire n,est pas là d'être foutue entend bien que c,est clair je t'écris à toi comme un rebond écho d'entrepercevoir est mal lu sera comme le reste ras le cul la douleur mienne et mon impossible à entendre celle des autres cul de sac de merde oui pour sûr ça c'est nonvie c'est ne me va plus ne me suffit il me faut être avec la chair chair à chair avec celles et ceux que j,aime à défaut de etc devenir caresseuse câlineuse passer le temps avec les amis et puis voilà leur dire que je les aime et ça suffit dormir et à défaut de etc lui ça seul peut me trouver me trouver à être avec le talent de être avec l'art de être avec comment écrire le reste et le reste si je continue cette merde à laisser loin de rien certaine de me encore là la rue et encore voir me tue de lieux autres rongés battus ça me flingue touche trop lorsque je serai nouvelle la force de si ou pas option lapper la boue dans la flaque au trottoir me planquer derrière l'escalier il reste cinquante centimètres avant de toucher le chien j,ai bien peur de ne plus savoir où me trouver je me retiens j,essaie parce que la plupart l,enlisement du lourd de moi de merde l'impression de traîner le corps à écrire le corps montré morceaux tout est s'agripper tricher peutêtre voilà je finirai par dire ça je me suis agrippée

LARGE BANDE

on est dans Barge_land, on est 4 (2X2), 4 de chez barge. on est enlargés, bargés, on est un pénis enlargement (de barges). on est un objet large comme un pénis. ou une fusée. et on vole. on est un corps en 2x2, mais avec des trous, des trous de bip partout qu’on aurait. trous de bip et vroum la fusée pan qui éclate dans le corps des 2X2. pan éclate nous 4 en trous de bip.